75 ans de silence


Un  ouvrage co-écrit par
Thierry Brayer pour les mots
et
Albert Baldasseroni pour les maux

J’ai huit ans et je suis mort pour la vie.

Depuis 1943, je me suis tu. Je n’ai rien dit, à personne, ni même à moi. Je n’ai rien dit, mais j’y ai pensé. Tout le temps, encore aujourd’hui, et sûrement demain. Oui, sûrement demain. Enfin, j’espère que non !

Et c’est vrai que personne ne sait, sauf moi et… lui. Lui qui a gâché ma vie parce que je n’ai pas su m’en sortir, parce que je suis resté bloqué dans cette année de mes huit ans. Et la guerre qui sévissait à cet instant n’est rien à côté de ça, car je n’ai pas encore été libéré, moi !

Huit ans ! Ce n’est pas assez vieux pour se sentir mort. Bien sûr, je ne suis pas mort pour de vrai, juste, j’ai vécu jusqu’à ce jour avec des murs autour de moi, ceux d’une prison qu’il m’a construite, ou que je me suis construite, je ne sais plus… Et par le soupirail, c’est lui que je vois, et c’est moi qu’on ne voit pas, car je suis devenu transparent, sans ombre sinon la sienne qui me suit, pire : qui me précède, qui m’entoure, m’enserre, et m’enlace contre ma volonté.

Soixante-quinze ans ! Est-ce encore assez jeune pour revivre ? M’aiderez-vous si je vous dis tout, à vous, que je ne connais pas, et vers qui il me semble plus facile de me confier ? Vous ne me trahirez pas ? Vous me ferez confiance ? Et surtout, vous raconterez tout à votre tour à votre entourage s’il vous est arrivé la même chose ?

Et s’il vous plaît : n’hésitez pas à répandre mon histoire, car je ne veux plus que ce soit un secret ! Plus jamais, pour tout le temps qu’il me reste…

CE SONT MES MOTS MAIS CE SONT SES MAUX

Quand j’ai rencontré Albert à Aix-en-Provence, c’est un enfant de plus de 83 ans que j’ai vu. Je ne pensais pas qu’on pouvait avoir les yeux autant humides quand on a son âge, car je croyais que le temps finit toujours par faire passer le pire.

Mais non, Albert Baldasseroni n’a malheureusement rien perdu des instants meurtris et volés de son enfance. Et il continue de les crier, sans qu’un seul mot ne sorte. 75 ans de torture au fond de son crâne comme une migraine incurable. 75 ans de silence. Et finalement, un drame.

Pourtant, ce jour-là, Albert s’est enfin décidé à le raconter au monde entier, et à son monde aussi, qui ne s’est jamais douté de quoi que ce soit. Aussi m’a-t-il confié un cahier bleu d’écolier à petits carreaux dans lequel il avait griffonné sa vie et son secret en quelques pages. Je l’ai ouvert et ai lu dans la marge :

« Aux bons soins de Monsieur Thierry »

Alors, j’ai soigné autant que j’ai pu cette histoire, son Histoire, la vivant comme si c’était la mienne. J’espère avoir fait comme il voulait, avec sincérité et passion, pour que sa longue vie ait un sens, et pour qu’il puisse trouver sa paix pour tout le temps qu’il lui reste.

Thierry Brayer


Pour se procurer l'ouvrage :

 


Pour joindre ALBERT BALDASSERONI : 06 80 54 69 08


Article écrit le 29 mai 2019
Auteur : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *