FLUCTUAT NEC MERGITUR


FLUCTUAT NEC MERGITUR


La liberté guidant le peuple, en 2015 d’Eugène Delacroix (1798-1863) et Gustave Eiffel (1832-1923)

 

 


À ta Ville comme à ta Seine

 

Écoute, moi qui te parle de loin !

Tous les chemins vers toi me ramènent.

Tu es ma plus belle histoire d’amour sans fin.

Je t’aime à ta Ville comme à ta Seine.

Ces inconnus qui te piétinent :

Je les maudis des cris de ma peine.

C’est toi mon Unique, toi ma Divine.

Je t’aime à ta Ville comme à ta Seine.

Que mes prières soient prises aux mots

Pour qu’un jour tes couleurs me reviennent,

Flottant au plus haut mât de ton bateau.

Je t’aime à ta Ville comme à ta Seine.

Je sais que tu sauras te relever.

Afin que tout le monde comprenne

Que tu ne pourras jamais sombrer.

Je t’aime à ta Ville comme à ta Seine.

Tu n’as pas fini de me surprendre,

Toi la femme, la métropolitaine,

Vois la main que je veux te tendre.

Je t’aime à ta Ville comme à ta Seine.

Paris, je protégerai ton innocence

De ceux qui te sont immoraux.

Je te défendrai de leurs offenses

Même si mes armes ne sont que des mots.

Pardonne-moi encore si je tremble !

Quand je pense à ceux qui vivent de haines,

Heureusement, tu nous rassembles :

Nous t’aimons à ta Ville comme à ta Seine.

Thierry Brayer (www.thierrybrayer.fr)


Article écrit le 3 janvier 2019
Auteur : Thierry BRAYER, Écrivain, Coach en écriture



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *