Ne zappez pas certaines étapes

Dans un roman, les fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire sont aussi importantes que les fautes de style ou d’absence d’intérêt de l’histoire. La critique ne peut être sélective : il est rare d’entendre qu’un livre est bon malgré une orthographe déplorable, ou qu’un livre est mauvais mais que son orthographe rattrape tout !

Les (bons) lecteurs sont toujours découragés par un manquement de l’auteur dans une de ces catégories de fautes. Écrire et faire imprimer deux cents pages n’est donc pas suffisant pour atteindre l’excellence ; je dirais même qu’écrire ces deux cents pages est un travail relativement simple ! Les peaufiner est une tâche qui dépasse souvent les auteurs, et qu’ils zappent, trop souvent, malheureusement !

Faites-vous aider et apprenez, chers auteurs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*