Oui, qui suis-je pour critiquer ?

Tout le monde a le droit d’écrire, mais personne n’a le droit d’écrire mal ! Je lis ici et là des textes, des poèmes, des extraits de romans, qui sont d’une extrême faiblesse : peu d’adjectifs, pas d’originalité, pas d’odeur, de couleur, de décor, agrémentés de poncifs, de déjà-lu, et ce, sur plusieurs tomes, et dont les auteurs se vantent de les avoir écrits rapidement : pas la peine de le dire, on s’en était rendu compte ! Bien sûr, la famille et les amis les aiment, ce qui leur suffit pour me dire que je suis un « con jaloux qui se mêle de ce qui ne le regarde pas » ! C’est vrai : « qui suis-je » pour critiquer ce que l’on me montre ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*